apprendre à lire pour tous | nicolesemeria@orange.fr
apprendre à lire pour tous

  

Extraits de témoignages

 

recueillis sur les Salons de l’Education, par courriers ou courriels

 

 Françoise Platone – Responsable du CRESAS – en réponse à Mme Rabany – Centre Alain Savary – Juin 2000

            « Je suis sensible également à l’effort fourni pour théoriser et expliciter une démarche pédagogique construite  dans l’action. »

            « Enfin, j’adhère pleinement à l’orientation générale de l’auteur selon laquelle les difficultés d’apprentissage de la lecture sont explicables avant tout  ‘par la didactique mise en œuvre’. »

 

 Maître de CP et enseignante spécialisée chargée de l’aide pédagogique – Ecole élémentaire Romain Rolland à Clermont-Ferrand - en ZEP – Septembre 2003

             « Dès les premières semaines de la rentrée 2002, nous avons constaté l’implication de tous les élèves et de plus en plus de parents (aide aux devoirs). Les bilans de lecture réalisés à la fin de chaque période ont montré une acquisition progressive et stable des correspondances graphèmes-phonèmes. Cette maîtrise a facilité l’autonomie des enfants lorsque nous les avons confrontés à la lecture d’albums, dès la fin du premier trimestre. »

            « Les 5 et 6 Mai 2003, Nicole Séméria est venue à l’école passer individuellement son test de lecture aux élèves. Les résultats obtenus ont été comparés avec d’autres classes de CP situées ou non en ZEP et nous ont confortés dans notre démarche. »

  

Daniel Arossout – Enseignant spécialisé chargé de l’aide pédagogique – Paris – Novembre 2004 –

             « L’outil   ‘ ABCD ’ se révèle être un outil objectif et neutre qui permet à la fois une analyse quantitative et qualitative du niveau de lecture. Il est d’une passation facile. Il met à jour les inversions possibles, les confusions, les stratégies de lecture, mais aussi les réussites. Il facilite ainsi à la fois les remédiations ciblées et des échanges avec les différents partenaires (enseignants de la classe, parents, psychologues scolaires…). A l’occasion d’une nouvelle passation, il permet de mesurer les progrès. »

              J’utilise également la méthode « Coucou !... Je suis là ! » depuis Octobre 2004 avec un groupe de 3 CE1 en très grande difficulté puisque totalement non lecteurs. Ces enfants se sont emparés de la méthode dès la première leçon, jubilant à l’idée d’exprimer quelque chose (grâce à de l’écrit !). !). Les dessins qui permettent de mémoriser les graphonèmes accrochent bien l’attention des élèves et permettent des échanges. Le travail sur le sens dès la première leçon, les possibilités

Le travail avec les étiquettes-lettres et les pictogrammes rend les enfants très actifs. A ce jour (mi-novembre), nous en sommes à la lettre « t », le travail de la combinatoire est bien enclenché et accepté, le sens est présent, chacun veut être le premier à lire ! créant quelques frustrations au sein du groupe !

             A la suite de ce démarrage enthousiasmant, à la fois pour les élèves et pour moi-même, j’ai décidé d’aider,  avec cette méthode, quelques enfants de CP déjà signalés, début novembre, comme étant en difficulté. Même constat : la première leçon met les enfants dans un grand état d’excitation qui les motive à aborder l’écrit. »

 

 Marianne Janin – Maman d’une fillette de 4 ans à laquelle elle apprend à lire – Mars 2004 -

             « J’ai trouvé la démarche d’apprentissage de votre livret très intéressante, d’autant plus déroutante pour les parents qu’elle a souvent recours à l’interprétation ou à la suggestion, alors qu’on est généralement plus passif devant un texte. Je trouve très positif d’inciter un enfant à réfléchir systématiquement au bien-fondé d’un écrit. J’ai apprécié également la rigueur de la progression. »

 

 Michelle Waelput – Psychopédagogue – Belgique – Octobre 2005 –

                « Bravo pour les idées originales de mémorisation des sons.Nous sommes demandeurs d’aides pour la remédiation. »

  

Mme Zemmouri – Orthophoniste en CMP – Octobre 2005 -

             Je suis très contente de cette méthode, car il n’existait aucune méthode d’apprentissage entre la grande section et le CP. Je l’utilise beaucoup en début d’apprentissage par les enfants en difficulté pour évoluer à leur rythme. »

  

 Sylvie Grosset – Formatrice – Novembre 2005 –

            « Cette méthode m’apparaît très appropriée à la formation d’adultes analphabètes. J’espère pouvoir l’utiliser dans de prochaines sessions de formation. »

  

 Marie-Françoise Bossis – Chef d’établissement – Novembre 2005 -

            « En tant que chef d’établissement, je souhaite proposer le travail de Nicole Séméria aux collègues de CLIS, de CP. Elle m’apparaît conçue pour proposer une démarche d’apprentissage et de remédiation rigoureuse pour le enfants ou les jeunes désireux d’entrer dans l’acte de lire. »

  

 Michèle Munoz – Le catalogue francophone – Novembre 2005 –

            « Le matériel « Coucou !... Je suis là ! » est un matériel demandé par les orthophonistes et enseignants des Réseaux d’Aide (RASED). J’ai pu m’en rendre compte dernièrement au Congrès des maîtres E à Angers. »

  

 A.L. – Enseignante au CP - Nov 2005 –

            « Enseignante au CP depuis 25 ans, j’ai été immédiatement motivée par cet apprentissage de la lecture.

            Je trouve dès le départ, qu’elle donne des bases solides pour lire. Les images des sons sont attrayantes et modernes.

            Dès le premier abord, on voit un travail sérieux, réfléchi, qui peut donner un bon démarrage à des enfants en difficulté. »

  

 P. Rabier – Assistante sociale – infirmière chargée de formation et animation – 24 Novembre 2005

            « Méthode très intéressante par sa pédagogie nécessaire à certains enfants mais aussi pour des adultes analphabètes complets souhaitant apprendre à lire et écrire. Une méthode de ce genre existait en éducation de base pour les adultes en Afrique (OMS –UNICEF). »

 

 Marie-Agnès Oger – Logopède – Namur – 30-1-2006 –

             « Voici quatre mois que j’ai découvert sur notre bon vieux salon de l’Education de Namur, la méthode « Coucou !... Je suis là ! » et son matériel …

             Ce sont avant tout deux syllabus (ou syllabi) qui ont attiré mon attention en tant que logopède : les tableaux d’entraînement à la lecture de mots par le déchiffrage et surtout ceux pour l’entraînement à la combinatoire. Je les ensuite vite complétés par les 74 graphiphones.

Ce sont avant tout deux syllabus (ou syllabi) qui ont attiré mon attention en tant que logopède : les tableaux d’entraînement à la lecture de mots par le déchiffrage et surtout ceux pour l’entraînement à la combinatoire. Je les ensuite vite complétés par les 74 graphiphones.

             Enfin ! Je trouvais « tout fait » et présenté de façon claire, nette et structurée ce que je me constituais petit à petit au fil de mes besoins, à grands coups de temps et d’énergie !

             Les enfants à qui je les présente ont toujours très bien accroché, pour autant que l’on y joigne une dimension ludique, relationnelle, voire humoristique…

             Même si je n’ai que quelques mois de recul, j’ai constaté des évolutions tangibles auprès des enfants qui on bénéficié d’un entraînement par les tableaux. Leur efficacité est donc, pour moi, bien réelle. De plus, tous ces outils ont comme autre avantage de coller de très près à la pratique de notre métier, et c’est pourquoi je m’y trouve bien.

             Je ne peux donc que conseiller à chaque professionnel curieux et ouvert à d’autres perspectives d’apprentissage et de remédiation, de prendre au minimum le temps de s’arrêter pour investiguer cette méthode et ses outils. »

  

 Francine Saucier – Principale du collège A. Franck en retraite – Paris 11è – Novembre 2005

            « Professeur d’Allemand, enseignant – chercheur en didactique des langues à l’INRP puis chef d’établissement, je me suis efforcée de trouver des réponses individualisées dans les apprentissages, au plus près du fonctionnement singulier de chaque enfant qui m’était confié.

            Je pense que cette méthode de lecture fait partie de l’outillage que j’aurais choisi si j’avais pu être professeur des écoles et enseigner au cours préparatoire. »

 

Logopède belge – octobre 2005 –

« La méthode « Coucou !... Je suis là ! » redonne enfin à l’enfant la place de créateur. Elle le guide logiquement sur le parcours du langage en respectant l’imagination et lui laissant son caractère ludique.

 

 Mme Blantineau – Inspectrice diocésaine pour le Brabant Wallon – Novembre 2005

            « C’est avec joie et intérêt que je découvre cette méthode de lecture. Enseignante depuis 25 ans j’ai pu constater que l’apprentissage de la lecture doit se faire de manière différenciée pour chaque enfant. Un enfant « sans problème » apprendra à lire avec toutes les méthodes mais certains auront besoin d’une structuration beaucoup plus développée.

             C’est ce qui me semble proposé dans cette méthode-ci : une systématisation, une visualisation et des rapports faits entre le visuel et l’auditif.

             Merci pour cette proposition et bon travail à votre association. »    

Anna Mariewicz – 24 Janvier 2007 - Formatrice dans un GRETA en Seine St Denis

            « - Savoir lire pour tous - , Méthode  qui pourrait être certainement très intéressante à appliquer pour un public de primo-arrivants, peu ou non scolarisés dans leur pays d’origine.

            Il existe trop peu de méthodes sur le marché pour ce public. »

 

 Formatrice MD – 26 Janvier 2007

Concernant « Savoir lire pour tous »

            « Il est important de pouvoir apprendre à lire et à déchiffrer. Je pense que cette méthode est nécessaire en alphabétisation surtout qu’il n’existe pour ainsi dire rien sur le marché et cela manque énormément.

            Bravo pour votre travail ! »

  

Maman d'un enfant soupçonné d'autisme - Juin 2008

           Elle utilise la méthode avec son enfant qui n'avait jamais réussi à apprendre à lire. Il aime cela et demande de continuer lors d'une séance qu'elle a estimée suffisante. Il mémorise bien les correspondances graphèmes-phonèmes grâce aux dessins représentant les sons. Il adore les petites histoires qu'il fait l'effort de déchiffrer.

                                                                                                                            

                                                                                                                                   Fait à Angrie, le 27 juin 2008

 

 

 

 

 

 

 

            

 

Donner une image où s’intègre le graphème me semble un support intéressant. »

« La méthode « Coucou !... Je suis là ! » redonne enfin à l’enfant la place de créateur. Elle le guide logiquement sur le parcours du langage en respectant l’imagination et lui laissant son caractère ludique.

Donner une image où s’intègre le graphème me semble un support intéressant. »